Page 7 sur 8

MessagePosté: Mer 20 Déc 2006 20:29
de MJ
Popopop, pas de fausse piste ici !

Tout cela est façon de parler : il s'agit bien d'une humaine 100 % pur sucre, pas d'embrouille de ce côté là.

MessagePosté: Mer 20 Déc 2006 20:32
de MJ
Ariana écarta doucement la civière antigrav, passa les mains dans sa combinaison, renifla légèrement :

"J'obéis aux ordres de la Commandante de ce vaisseau. Ca vous pose un quelconque problème ?

Je me permets au passage de vous dire que vous prenez bien vos aise à bord, Monsieur. Pour quelqu'un qui ne fait pas partie du rôle d'équipage. Non ?"

MessagePosté: Mer 20 Déc 2006 23:24
de Epstar Jdryk'll
Je vois le genre pensa-t-il, elle veut me la jouer jugulaire jugulaire, règlement règlement ? Ok, on va jouer …

Avec un petit sourire et d’une voix toujours douce :

Hum, je vois. Pouvez vous prendre une toute petite seconde avant d’accomplir votre devoir et m’accompagner dehors dans le couloir ? Je voudrais vous donner quelques informations complémentaires.

Une fois dehors, tout en gardant la porte entrouverte afin de garder un œil sur la jeune fille mais après s’être assuré qu’elle n’entendrait pas ce qu’il dirait, son sourire s’effaça et il repris toujours à voix basse, mais cette fois chargée de colère.

Effectivement je ne fais pas partie de l’équipage et cette jeune fille non plus. Je prends des libertés ? Et vous qu’est-ce que vous faites avec elle ? Contrairement à ce que vous pourriez croire, il ne s’agit pas d’un tas de viande à mettre en chambre froide, mais bien d’une personne vivante, consciente et à qui on peut demander son avis.

Cette femme est traumatisée et subie une dégénérescence de ses fonctions mentales que l’hibernation ne pourra peut être pas stopper : l’esprit reste actif pendant l’hibernation et le mal qui la ronge pourrait continuer d’évoluer …

Ne m’interrompez pas : j’ai presque terminé : vous obéissez aux ordres ? Je vous dis qu’en état ma patiente est traumatisée, que cette hibernation en remettra une couche, que vous la traitez comme un objet et qu’en tout état de cause vos ordres sont criminels : vous comptez y obéir ?


//HJDR : Ce que je dis sur l'hibernation qui n'interrompe pas les processus mentaux est une extrapolation de ce qui s'est passé pour Kristaine Perlombet dans le scénario "l'honneur des corsaires" en référence à la psychoperception (encyclopédie galactique tome I p 85) //

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 07:53
de Sémirande Chalmak
[Noti Nota Notons]
D'où le fameux poral, un des innombrables, mais cependant très coûteux, médicaments destinés à soigner la maladie du vol hyperlumineux. Celui-là, d'origine impériale, est fabriqué par les labos Doïtchev à partir d'algues importées de Marine (Alliance 12 Soleils).

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 09:47
de Epstar Jdryk'll
//HJDR ou "noti, nota ..." : d'une part le poral à mon sens est un médicament qui bloque la spychoperception (on y devient volontairement aveugle), mais n'empèche pas les autres fonctions mentales ... dés lors il n'y a aucune raison (je persiste) que la dégradation ne continue pas. D'autre part si on extrapole encore les rêgles sur l'hibernateur (p50 Encyclo tome I) on ne peut pas mettre dans un hibernateur un organisme affaibli sans lui faire prendre un risque vital certain .... //

Epstar tendit l'oreille, il entendait une cavalcade dans le couloir légèrement courbé : c'était la commandante qui arrivait, il allait pouvoir lui dire tout ça entre quatres yeux.

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 09:50
de Sémirande Chalmak
[Regard noir]
"Oui, Monsieur. Qu'y a-t-il pour votre service ? Mais soyez concis : on a une urgence."

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 11:31
de Epstar Jdryk'll
Il se retourna vers la commandante qui arrivait et écarquilla brièvement les yeux devant son accoutrement.

Diable, alors comme ça on essaye d’impressionner l’indigène ? pensa-t-il

A son regard on devinait qu’elle n’était pas contente, ça tombait bien, lui non plus n'était pas franchement sur des nuages de félicité.

Il planta son regard dans le sien et toujours d’une voix basse demanda à la nouvelle arrivante :

« Ha ! Commandante, ça tombe bien : on en discute dans le couloir (infime hochement de tête en direction d’Ariana) ou en privé ? »

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 11:50
de Sémirande Chalmak
[Courtoisie]
"Tiens, un Je Sais Tout. Un de ces guignols qui veulent vous montrer qu'ils vous sont tellement supérieur ... Il a des problèmes de personnalité, ce mec. Et c'est un guérisseur en plus. Enfin."

[Très sèche]
"Je déteste me répéter. Dites ce que vous avez à dire et soyez concis. On a pas le temps. Je vous écoute."

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 14:38
de Epstar Jdryk'll
//HJDR : je précise quand même que je n’ai rien contre la commandante : je joue un rôle, il n’y a rien de personnel là dedans//

Ok … elle voulait que l’on discute son autorité devant son équipage, ça la regardait : il lui avait offert une possibilité de sortie honorable et elle n’en voulait pas.

Trois points commandante :

Primo d’un point de vue éthique vous traitez ces gens comme des objets, ce qui est au mieux indigne et au pire cruel.
Secundo si vous hibernez cette jeune fille vous lui faite prendre un risque vital inacceptable et vous empêchez tout traitement curatif.
Tertio …(soupir) ne vous trompez pas d’ennemi : vous voilà vêtue de rouge sang pour partir en guerre, arborant sur votre poitrine la mémoire de vos victimes. Mais moi je ne suis pas votre ennemi.

Je suis là pour aider ces malades et pour vous aider, mais je ne peux pas le faire si nous ne collaborons pas et que vous me maintenez dans le noir. Considérez ça comme une prière : donnez moi des informations sur ce qui se passe et tout ce que vous savez sur ces réfugiés.

MessagePosté: Jeu 21 Déc 2006 16:06
de Sémirande Chalmak
Epstar Jdryk'll a écrit:Trois points commandante :
[In Petto]
"Eh bien allons-y"

Epstar Jdryk'll a écrit:Primo d’un point de vue éthique vous traitez ces gens comme des objets, ce qui est au mieux indigne et au pire cruel."
Les yeux de Sémirande s'écarquillent.

Epstar Jdryk'll a écrit:Secundo si vous hibernez cette jeune fille vous lui faite prendre un risque vital inacceptable et vous empêchez tout traitement curatif."
[In Petto]
"Ah ?"

Epstar Jdryk'll a écrit:"Tertio …(soupir) ne vous trompez pas d’ennemi : vous voilà vêtue de rouge sang pour partir en guerre, arborant sur votre poitrine la mémoire de vos victimes. Mais moi je ne suis pas votre ennemi."
Léger sourire.

Epstar Jdryk'll a écrit:"Je suis là pour aider ces malades et pour vous aider, mais je ne peux pas le faire si nous ne collaborons pas et que vous me maintenez dans le noir. Considérez ça comme une prière : donnez moi des informations sur ce qui se passe et tout ce que vous savez sur ces réfugiés."
[In Petto]
"Conciliant et moraliste avec ça ..."

[A moi]
"Bon, :
Secundo : vous auriez pu commencer par cela et vous en contenter."


Vers Ariana.
"Mademoiselle Badlam : faites comme il dit. Contentez-vous de l'évacuer vers les baraquements comme si elle était décédée. Elle y sera plus à l'abris des autres soudards qu'à bord du Méphisto, sans compter l'hygiène. Prenez la petite bulle et entrez directement dans un de leurs hangars ; puis renvoyez la bulle en automatique comme si vous étiez allée faire une petite course. Je m'arrangerai avec Calata. Allez. Je vous la confie, Ariana."

Vers le Dr Jdryk'll.
"Tertio : la raison pour laquelle je porte ce truc devrait vous sauter aux yeux et n'appeller aucun commentaire.

Primo : je n'ai pas de leçon d'humanisme à recevoir de vous. Votre remarque est discourtoise et d'une ... finalement je ne tiens pas à la qualifier plus avant.

Pour votre information, je trouve que le Pacte d'Airain dépense beaucoup de temps et d'argent pour cette affaire. On ne déplace pas un Classe I sur 200 A.L. pour sauver des gens qui le sont déjà. Et je soupçonne fort le Trident d'être celui qui a canardé le Zion. Bon, allez aider Ariana ; sauvons au moins celle-là. Exécution."


[In Petto]
"Blanc-bec, va..."