Mise en situation prêtre

Vous avez un récit dans l'univers d'Empire Galactique ? Faites le nous partager.

Mise en situation prêtre

Messagede zas le Lun 25 Fév 2008 15:59

Bonjour, je ne sais pas si c'est ici qu'il faut poster, mais bon je tente, vous déplacerez si je me suis trompé...

J'ai écris de petites bafouilles pour mes persos à Empire, lesquelles visent tout d'abord à "définir" le pan d'univers s'accordant au "métier" du perso, puis une petite histoire d'accroche, des infos sur l'archétype, etc... de manière à permettre une première immersion pas toujours facile à réaliser avec les nouveaux.

Je vous en mets un exemple, celui du prêtre, mais j'ai aussi en magasin le tekno, le navy corrigé avec l'aide de SPQR et le début du marchand...

Toutefois ce n'est pas une nouvelle et encore moins de la littérature :lol:

Vous y trouverez des emprunts par moment, j'espère que ces derniers vous apparaîtront plus comme des hommages que comme du plagia...

Enfin les choses ne sont pas toujours en parfait accord avec l'univers d'EG peut-être, mais c'est la liberté du "game"...


La Religion n'est que la façon la plus ancienne et la plus vénérable de trouver un sens à l'univers créé par Dieu. Les savants cherchent les lois des évènements. Le rôle de la Religion est de découvrir la place de l'homme dans cette légalité.

Ainsi débute le plus vieux texte religieux qui nous soit parvenu, un extrait de l’antique bible catholique orange !

Les théologiens peinent déjà à trouver un sens à ces mots, la bible serait le nom donné à une compilation de textes religieux de l’aube de l’humanité, mais aucun indice ne vient confirmer cette thèse. Quant au fait que cette dernière soit catholique, la majorité des érudits penchent pour une erreur de transcription, la bible serait en fait cathodique, du nom d’une tout aussi antique technique de diffusion de l’image. Ce point a été soulevé par les teknos, preuve que le savoir mystique n’est pas réservé aux clercs.

Dieu et la religion ont fait de tout temps bon ménage, et s’il est peu de gens, même parmi les plus éveillés, qui osent affirmer connaître le premier, tous tombent d’accord sur le côté indispensable de la seconde. Depuis que les êtres se sont élancés dans le grand univers, que les découvertes les plus improbables sont notre lot quotidien, le besoin d’un référent intangible s’est développé chez les êtres transcendants. Certains parmi les prêtres l’appelle Dieu, d’autres les plus nombreux, le Grand Univers, tous le conçoivent comme une entité englobant le tout, une essence baignant toute chose.

Les Eglises elles répondent à un autre besoin, cet instinct grégaire, courant chez l’homme, de se regrouper au sein d’une même croyance, une même philosophie. Bien que cet instinct ne soit pas propre aux religieux, ils sont ceux qui toujours, envers et contre tous au besoin, le mettent en avant.

Les Eglise ont la faveur de l’empire depuis plus de 3000 ans tant ce dernier est bien conscient que sans ce ciment cosmique, point d’unité. Il n’en est pas de même pour les sectes de tout crin qui sont pourchassées au nom de la préservation de la stabilité. La force de la religion, c’est de pouvoir transfuser la société galactique, de ses lois immuables.

Ce corpus législatif extensible à l’infini ne vise qu’un seul but, le respect de l’individu, et ce, depuis le 20ème siècle !

Si l’adepte de la Liberté Cosmique peut braver toutes les lois impériales, c’est qu’il défend l’idée que le bonheur de l’individu est entaché à chaque avancé législative. Mais son Eglise elle, en tant que corps constitué, à fait allégeance à la justice impériale, ce qui n’est pas sans conséquence quant à la définition de la sphère spirituelle et de la sphère temporelle.

Si les Fils de l’Homme massacrent des Exo-Tiques en souriant, c’est qu’ils accordent une importance capitale au bonheur de l’individu, et que pour eux hors de l’humanité, point d’individu !
Eux aussi éprouvent de grandes difficultés à concilier leurs aspirations spirituelles et leurs actes profanes au quotidien. Il faut toutefois bien admettre que leur Eglise s’accommode facilement de leurs débordements et use de tout son poids auprès de l’empereur, pour minimiser les poursuites.
Leur implication dans la conduite spirituelle des armées de l’empire, n’y est pas pour rien assurément et mieux vaut ne jamais oublier que cette vie commune avec les soldats, leur a donné le goût du combat !

Si les prêtres de la Glorieuse Volonté font peu parler d’eux, si ce n’est dans les éternelles explosions des débats qu’ils génèrent au sein du Conseil suprême, c’est qu’ils ont admis depuis longtemps que la défense de la justice rimait avec discrétion, que l’efficacité avait un prix, le secret, que les grands élans qui traversent la société trouvent toujours leurs origines dans une minorité agissante. Même dans leur côté le plus affiché, le respect des lois régissant l’utilisation des talents psi, tâche à laquelle se dévoue exclusivement et avec une redoutable efficacité, l’ordre des prêtres marchands, ils conservent leurs pratiques obscures qui les feraient aisément passer pour des membres du SERSEC impérial. Beaucoup pensent que c’est en fait le cas, même parmi les membres de la PSIPOL.

Si les adeptes de la Lumière Intérieure ne laissent pas indifférent, c’est que leur conception de l’élévation de l’âme de l’individu par la corruption du corps, déchaîne tour à tour l’adoration ou la colère. Il faut en effet une certaine maîtrise de soi pour tolérer ou apprécier les exploits de débauches qu’ils mettent en œuvre dans leurs lieux de culte ou sur leurs satellites des plaisirs. L’indéracinable légende visant à les faire passer pour des malfaiteurs déguisés, est une farce révélée chaque jour, par la rigueur avec laquelle leur Eglise gère l’orthodoxie du temporel et du spirituel.

Si les prêtres de la Conscience Universelle sont les plus nombreux, c’est qu’ils prônent avec respect, leur foi dans l’individu. Hors ce respect est la valeur universellement reconnue par les êtres transcendants. Leurs détracteurs les disent peu déterminés, mais c’est un choix de leur part que de ne rien imposer. Ils peuvent sembler manquer d’un objectif commun, et pourtant c’est ainsi qu’ils acquièrent leur universalisme. Leur Eglise est la moins puissante politiquement car leur communauté trouve son assise dans la masse gigantesque de ses fidèles, grandissant chaque jour davantage, alimentée par les innombrables novices s’initiants à l’intérieur de leurs universités.

Si l’on ne dira rien de l’Eglise de la Connaissance Totale, c’est que cette dernière, très récente, n’a pas encore fait ses preuves comme institution garante de la paix de l’empire. Les esprits chagrins lui dénient même le statut d’Eglise tant sa soif de connaissance peu sembler matérialiste. Quelques visionnaires se risquent même à pronostiquer son interdiction pour divulgation de secrets d’Etat. Pour le commun, c’est une drôle d’impression qui se dégage toujours, du discours tenu par des adeptes n’hésitant pas à fouler au pied, la primauté de l’empire.

A la lueur de cet inventaire, on pourrait se demander ce qui unit des entités aussi divergentes ?

La réponse nous est mieux connue depuis le 96ème siècle. Toutes sans exception, font l’apologie et développent, réglementent et pérennisent, l’utilisation libre des pouvoirs Psi latents chez la plupart des êtres transcendants.

En fin de compte, et à bien y regarder, les Eglises, avant la Religion et souvent avant Dieu lui-même, agissent au non de trois principes.

Depuis la fin des psinocides et jusqu’à ce qu’un dieu nous retire ce don, les Eglises sont et resteront, les garantes de l’étique Psi au travers de la charte œcuménique.

Depuis que les êtres souffrent et jusqu’à ce que le Grand Univers nous engloutisse tous, les Eglises sont et resteront, les garantes du droit des faibles.

Depuis que les êtres pensent et jusqu’à ce qu’ils s’en lassent, les Eglises sont et resteront, les garantes d’une frontière entre le Bien et le Mal…


Ainsi s’était achevé, elle s’en souvenait encore, son oral de philosophie religieuse, dernière épreuve des examens qui devait la conduire à l’émancipation avec le titre d’acolyte, le grade 3 décerné par les institutions religieuses de l’empire.

Elle se souvenait surtout du sourire amusé du professeur, du ton chaleureux de sa voix quand il lui avait dit en parcourant son dossier académique :

« Je vois que nous n’avons plus rien à vous apprendre ici, que votre synthétisation des grands principes œcuméniques est achevée et que malgré tout vous avez su conserver votre propre vision de l’univers. Nul doute que vous apporterez beaucoup au développement de l’esprit religieux chez vos congénères. Je ne suis pas surpris de voir que vous avez orienté vos études vers les talents qui soulageront au mieux les maux des êtres pensants. L’empire peut se vanter de recéler aujourd’hui, un guérisseur talentueux de plus, mais je ne vous cacherai pas que l’ampleur de la tâche est colossale. Ne gaspillez pas vos talents dans des institutions patentées, parcourez l’univers car lui seul est à même de nous grandir. »

Quoi qu’il en soit, elle n’avait pas de soucis à se faire. Comme le lui avaient appris ses différents stages, les portes étaient toujours ouvertes à un guérisseur dans cet univers malade.

Le soir même, une grande fête venait couronner l’achèvement des examens et les diplômés s’en donnaient « à cœur joie » (expression retrouvée depuis 5 ans par un adepte de la Connaissance Totale, sur un support informatique trouvé lors de fouilles archéologiques), chacun faisant étalage de ses pouvoirs, bravant parfois les interdits de la charte dans une ambiance fraternelle, chose qu’ils n’auraient pour la plupart, plus l’occasion de pratiquer.

Oulan, son camarade d’étude, était introuvable depuis quelques heures ; Cela ne lui ressemblait pas de délaisser une fête. Elle s’approcha d’un groupe qui vociférait en direction d’un point central.

Quelle ne fut pas sa surprise en le découvrant emprisonné nu dans un bloc de glace ! Il ne lui fallu pas longtemps pour comprendre ce qu’il avait fait.

Originaire d’une planète glaciaire, il s’était toujours plein de la honte qu’il éprouvait étant petit lors de parties de chasse, alors que toute sa famille bravait le blizzard, à rester penaud, emmitouflé à l’intérieur du véhicule. Toute la famille le regardait comme un étranger, comme un débile. C’était la raison pour laquelle il avait fait carrière dans la prêtrise, trop frileux pour faire quoi que ce soit sur son monde natal !

Il avait cravaché ferme pour développer sa conscience psi, augmentant chaque jour la tolérance de son corps aux pires épreuves. Et voilà qu’aujourd’hui, il l’avait faite cette folie, tenter de survivre à la congélation !

Au travers du bloc de glace, percé de minuscules trous afin de laisser l’oxygène passer, on pouvait le voir arborer un sourire figé.

Elle s’approcha du bloc, inquiète, son esprit sondant déjà la masse inerte. Puis les ondes psychiques l’envahirent, une vague de douleur et de désespoir. Elle se concentra encore et l’entendit aussi clairement que s’il avait parlé à l’intérieur de son crâne ! Il mourrait…

Elle se retourna vers l’assemblée qui comprit instantanément ce qui se passait. A la vitesse de la pensée le plan de sauvetage se mit en place. Silencieusement une partie d’entre eux se prit les mains afin de concentrer la force psychique pour déployer une onde de chaleur en direction du bloc de glace. Un autre cercle se forma insufflant la vie, contrecarrant les dommages subits par l’enveloppe d’Oulan. Le temps s’évanouit, puis les images. Les deux « communions » enduraient le drain en silence, immobiles dans un ultime effort pour ne pas perdre leurs concentrations. La vie revenait à l’intérieur d’Oulan quand le groupe se disloqua abasourdi par l’effort.

La première chose qu’elle nota était la sensation d’une intensification de la chaleur ! Elle se retourna et les vit, trois de ses professeurs, souriants les yeux rivés sur le bloc de glace qui finissait de fondre. Quand Oulan fut totalement dégagé, l’un d’entre eux s’approcha et vint poser son front sur celui de l’adepte.

Deux minutes après, Oulan ouvrait les yeux et se relevait, faisant face au groupe, une drôle d’expression sur le visage.

Les trois professeurs se retirèrent sans un mot et une voix vint emplir son esprit – « Ne soit pas surprise, avec mes confrères nous avons une foi, lors d’une communion, entendu l’un des notre qui appelait à l’aide, à 30000 km de nous ». Elle ne prit pas la peine de se retourner pour se le confirmer car elle en était sure, cette voix psychique était celle de son prof de philosophie religieuse, elle avait reconnu sa texture !

Elle repensait à ces évènements avec un zeste de mélancolie, elle doutait de ressentir ainsi une telle fraternité parmi les êtres avant longtemps. Alors qu’elle attendait d’embarquer sur un vaisseau de classe 3 économique, pour une destination que seul le sort avait choisi, elle décida de ne pas profiter de l’escale sur callipyge pour s’en aller voir sa famille dans le système voisin, mais bien de passer les fêtes de fin d’année en vacances. Elle avait envie de se mêler aux autres et après ces longues années de séminaire, elle n’allait pas s’en priver pour aller s’enterrer une semaine dans la communauté mystique (certains diraient la secte) de ses parents, sur cette planète désolée que même les fugitifs évitaient.

La semaine passa rapidement, et sans incident majeur, si ce n’est une noyade qu’elle géra sans difficulté. Le père du jeune Malachite (Exo-Tiques de longue date intégrés dans l’empire, réputés pour le commerce et la diplomatie, champions galactiques d’échecs invaincus depuis 20 ans), Monsieur Ti-Sando, un riche marchant, la remercia abondamment et lui laissa sa carte en guise de laissez-passer permanent pour la cas où le besoin s’en ferait sentir. Il l’invita à venir rencontrer le reste de sa famille sur Vonda, si d’aventure l’envie lui en prenait.

Voilà qui laissait augurer de bons présages, Vonda était sa destination actuelle, et un Malachite dans le besoin çà n’existait pas !

Elle rit en se couchant dans l’hibernateur du classe 3 « Toyo », en pensant qu’elle aurait pu profiter de ce contact pour se faire payer un billet en classe confort, puis elle se réprimanda vertement : Etait-elle déjà en train d’oublier que le luxe demeurait une insulte jetée à la face de l’unimanité ?

Ce fut sa dernière pensée avant le long sommeil d’une quinzaine de jours qui devait la conduire sur Vonda.


Récapitulatif des règles liées aux talents psi :

- Tout action psi requiert la dépense de points psi (PP), ces derniers sont regagnés par la pratique de la méditation sur la base de 5 PP par ½ heure à concurrence de 57 PP / 25 heures TU.
- Si le talent activé par le prêtre échoue (échec au test) la moitié des PP sont quand même dépensés.
- Quand la durée d’effet d’un talent est soumise au maintien de la concentration, le prêtre ne peut entreprendre quoi que ce soit d’autre. Le temps de concentration maximal = 3 + Niveau de talent (en mn). La volonté diminue temporairement du nombre de mn de concentration.

Les talents que tu maîtrises :

- Télépathie de niveau 4 : Permet de protéger ton esprit ou tes pensées (ou celles de quelqu’un que tu toucherais) par un écran mental (action réflexe) l’isolant d’un sondage télépathique de niveau 4. Mais aussi de ressentir les sentiments éprouvés par une personne, ses pensées superficielles voire ses pensées profondes. Tu peux aussi te servir de ce talent pour ressentir une présence pensante à l’intérieur de ta zone de perception psi (20m). Tu peux aussi émettre à l’intérieur de cette zone et être « entendue ». Enfin tu peux initier une communion psi avec 4 personnes max.
- Médecine psi niveau 4 : Permet d’annihiler totalement la douleur d’un blessé, de transfuser sa propre santé à l’intérieur d’un blessé, d’accélérer une guérison de blessure, de guérir toute maladie microbienne.
- Conscience psi niveau 3 : Permet une méditation profonde accélérant le gain de PP, l’insensibilité thermique extrême pendant Force*mn. Une récupération accrue des points de choc (1/4 d’heure au lieu d’une heure / pt). Plonger en catalepsie pendant F*jours avec possibilité de perception attentive (+1 au jets de perception).
- Télékinésie niveau 2 : Permet de soulever des objets à concurrence de 100 g, « multicibles » possible.
- Contrôle des sens niveau 2 : Permet d’altérer les sens de la cible, goût et odorat.
- Sixième sens niveau 1 : Accroît tous tes sens de détection pendant 25 heures TU mais cesse des l’activation d’un autre talent psi. Il devient TRES difficile de te surprendre.


Ce qu’il faut savoir quand on est un psi :

- Les talents psi ne sont pas « réservés » aux prêtres même si en règle générale les autres ne s’adonnent pas assez à leur pratique pour développer de réelles aptitudes.
- L’utilisation de pouvoir psi contre la volonté des gens ou à leur encontre et un crime sévèrement puni (viol de conscience pour la télépathie par exemple). Une substance limitant les capacités psi existe, le « seapens ». Elle est utilisée par la justice pour punir les criminels psi. La PSIPOL impériale et l’ordre des prêtres marchands font respecter les lois portant sur l’utilisation des pouvoirs psi. Ils ne peuvent bien sur pas être partout mais ils ne sont pas non plus obligés d’être là (physiquement) pour savoir !
- Beaucoup de gens se méfient encore des psioniques.
- Entrer dans une Eglise n’est pas une obligation, nous considèrerons que jusque au grade 3, les prêtres sont de fait (par leurs études) « libre-affiliés » de la Conscience Universelle. L’entrée dans une Eglise doit être un engagement personnel réfléchi et motivé.
- L’uniforme n’est pas la règle générale chez les prêtres mais chaque Eglise a bien sur sa tenue réglementaire pour les membres désirant affirmer leur appartenance (Très courant chez les « fils de l’homme » par exemple.



Ma vision du prêtre :

Le personnage d’empire galactique le plus « riche » sur le plan philosophique mais aussi le plus difficile à interpréter si l’on ne veut pas le transformer en vulgaire magicien et si l’on désire le faire vivre en accord avec ses principes (charte œcuménique, respect des consciences et des faibles, interdiction des armes...).

Personnage puissant sur le plan personnel par ses talents hors du commun, mais handicapé par le peu d’influence directe ou matérielle, qu’a le clergé sur la société.


Les parties en italique, facilitant la lecture, n'ont pas résisté au "copier/coller" !
zas
 

Retourner vers Nouvelles et littérature


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron