Pendant que l'on fait les valises

Où chacun vaque à ses occupations...

Pendant que l'on fait les valises

Messagede Sémirande le Ven 27 Jan 2012 14:26

[Studieuse]
Comme d'habitude, madame Chalmak ne pouvait rester inactive. On la vit ces deux jours, par les baies grandes ouvertes de son beau connapt, flottant devant des projections de Classes I de toutes formes, des plus classiques à d'autres très très conceptuelles.
Mais quand elle interpella Khrys Edelman le matin du départ, elle était face à une impressionnante série de tri-D de formecs.
L'une d'elle était toutefois mise en avant :
Image
"Khrys, Khrys..." l'interpella-t-elle tout de go "Pouvez-vous me fair établir des devis pour cet outil, version civile ; j'ai bien dit civile ? Vous seriez un chou !"
Sémirande
 

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Virik Kiikti le Ven 27 Jan 2012 21:34

Virik avait reçut ses billets de transport sur son com. Il contempla celui-ci. Un confort de classe IV. Il n’avait rarement, voir jamais voyagé dans ce confort. Quand il en avait l’occasion, quand il savait le trajet loin de zone infestées de pirates, il choisissait l’option hibernateur, en dernière classe.

Il éteignit son com, récupéra son sac et se dirigea à pied en direction de l’astroport. La journée était belle et le terminal d’où partait leur navire proche de la mission de la Glorieuse Volonté. Il passa par la grande galerie commerciale qui accueillait les touristes en transit qui n’avaient pas le temps, ou simplement pas l’envie de faire leurs emplettes en ville. Il musarda … ce n’était pas le lèche vitrine qui motivait son errance, mais l’observation de la foule et des individus la composant.

Un spectacle fascinant de son point de vue. Il observa un male humain et sa tribu composée d’une unique femelle et de petits. L’attitude détendue du male l’étonnait, si différente de l’attitude de son propre espèce. Entouré d’étrangers à son clan les hanis les considéraient avec méfiance ou a minima avec réserve. Il vit les petits se mêler à d’autres jeunes sous le regard bienveillant de la femelle sans que celle-ci ne semble craindre quoi que ce soit pour sa progéniture.

Il força sa crinière à reprendre un volume normal … différent. Tous ces gens étaient différents, avec leur propre règles, leurs propres usages à la fois moins strictes, parfois tout en faux semblants et toujours déconcertant.

Il reprit sa marche en direction du poste de sécurité de l’astroport. Il attendit quelques minutes que les personnes qui le précédaient aient terminées de faire enregistrer leur plainte. Il tourna une oreille en direction de la scène. Un couple de malachites se plaignaient avec énergie du vol d’une de leur valise par un de leur compatriote. Songez : une valise pleine de boulok presque murs qu’ils apportaient à leur fille qui suivait un stage de cuisine dans l’école hôtelière … Il s’avéra bientôt qu’il ne s’agissait nullement d’un vol, mais d’une confiscation par les services de l’hygiène et le la protection de l’écosystème planétaire. La femelle humaine qui avait commencé à enregistrer leur plainte, leur signala que la simple confiscation était une faveur que l’on leur faisait : normalement l’amende s’élevait à plusieurs milliers de crédits … ce qui déclencha un concerto de plaintes lugubres. Les malachites finirent par sortir.

La femelle l’observa alors qu’il s’approchait du comptoir de ce regard typique des policiers qui semblait dire : toi je t’ai à l’oeil mon bonhomme, j’attends maintenant de savoir quelle connerie tu vas faire … Il inclina la tête en plaquant les oreilles en arrière et dit simplement « bonjour ». Elle lui répondit sur un ton qui voulait bien admettre qu’il faisait jour, et que l’on pouvait selon le point de vue admettre qu’il était bon pour certains.

Elle quitta ce masque quand il présenta son passe de sécurité, l’authentifiant comme faisant partie de la vaste fraternité des agents de la loi et de l’ordre … Je souhaite faire transférer mes armes et mon armure de combat à bord du navire commercial Nyarlapompète à destination de Vonda. Merci de les confier à l’armurerie de bord et d’informer le capitaine et le commissaire de bord que je me tiens à leur disposition en cas de besoin. J’en prendrais possession à mon arrivée en territoire impérial.

Il remplit la fiche de transfert, se laissa authentifier et après avoir souhaité une bonne journée à la femelle quitta le réduit.

Prenant son temps il se dirigea en direction du salon d’attente de la compagnie de transport. Son billet lui donna droit à l’accès à un salon privé où les boissons et les mets étaient servis gratuitement. Il se servit une assiette de viande crue marinée, un grand verre de jus de prune et s’assit dos à un mur à une place qui lui permettait de voir la salle d’attente. Il commença à déguster sa viande en silence, se servant griffes métalliques prolongeant ses doigts … Il attendait ses compagnons de voyage, attentif à la foule.
Avatar de l’utilisateur
Virik Kiikti
 
Messages: 760
Inscription: Mar 27 Déc 2011 20:55

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 28 Jan 2012 09:30

Astroport d'Amarzèle, Lure 1 Quarte 1504 CS, treizième heure.

De la salle d'attente où il se trouvait, Virik Kiikti pouvait voir le Classe V qui allait bientôt l'emmener à la découverte de ces mondes impériaux qui l'intriguaient tant.

Le Nyarlapompète ressemblait à l'une de ces monumentales tours en champignon qui fleurissaient dans le centre-ville de pratiquement toutes les mégapoles de niveau technologique galactique. Aucun silo de l'astroport n'était assez vaste pour l'accueillir, aussi dressait-il à la surface du tarmac les cinq cents mètres de son "pied" principal grossièrement cylindrique, surmonté d'un "chapeau" discoïdal d'un diamètre similaire. Son immense coque bleutée et argentée était piquetée de lumières clignotantes, et arborait le logo universellement connu de la Transgalactique Edénienne. Au pied du navire serpentait une file de barges à répulseurs, dont les chargements étaient placés par les formecs de manutention dans l'un des deux tubes antigrav qui les remontaient vers les cales et locaux techniques, quelques centaines de mètres plus haut.

L'avitaillement se termina alors que Monsieur Kiikti reposait son verre de jus de prune vide et apercevait simultanément cinq silhouettes familières qui se dirigeaient vers le salon privé. L'équipage du Méphisto y fit son entrée dans le brouhaha habituel qui les caractérisait : Madame Chalmak et Monsieur Antillès évaluaient d'un oeil expert le Nyarlapompète et émettaient sur ses performances des avis que le taiseux Monsieur Le Fu commentait de hochements de tête. Messieurs Edelman et Gorda discutaient quant à eux robotique et logimecs.

Ils rejoignirent l'Exo-Tique et le saluèrent. Gurvan Antillès s'inclina légèrement :

"Bien le bonjour, Virik. Vous permettez que je vous appelle Virik ? Je suis désolé, je n'ai pas encore eu le temps de me renseigner sur les us et coutumes sociales de votre peuple et... Sainte Merde !"

Le regard de l'ex-commandant du Méphisto regardait au-dessus de l'épaule de l'hatani, vers un passager qui avait tourné la tête en direction de leur petit groupe :

"Mais c'est Jarood !"
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Virik Kiikti le Sam 28 Jan 2012 11:16

Virik s’était levé à leur venue, profitant de leur approche pour essuyer ses griffes couverts et les faires disparaitre dans son sac.

Hemmedéji a écrit: Ils rejoignirent l'Exo-Tique et le saluèrent. Gurvan Antillès s'inclina légèrement :


Il inclina la tête en plaquant brièvement les oreilles.

Hemmedéji a écrit:"Bien le bonjour, Virik. Vous permettez que je vous appelle Virik ?


Il marqua son accord par une légère inclinaison des oreilles … ils ne disposaient que d’une distinction grammaticale de deux niveaux là on son peuple en utilisaient trois … de toute façon ils ne pourraient traduire.
Oui, monsieur Gurvan.

Hemmedéji a écrit:"Mais c'est Jarood !"


Ce fût drôle … comme sur roulement à billes ses oreilles tournèrent en direction du regard de Gurvan avant qu’il tourne légèrement la tête et que les yeux suivent … Qu’est ce que c’était qu’un Jarood ?

Il s’écarta de la table d’un pas, se dégageant afin de pouvoir réagir et posa la main sous son manteau sur le contacteur de la combinaison NT6 qui ne le quittait jamais en cas de voyage spatial. Sa vision se rétrécie brièvement et il inspira fortement, étendant ses sens … écoutant son intuition.

// Sixième sens / sens du danger ?
Avatar de l’utilisateur
Virik Kiikti
 
Messages: 760
Inscription: Mar 27 Déc 2011 20:55

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 28 Jan 2012 12:11

Virik Kiikti a écrit:// Sixième sens / sens du danger ?

Test : Evaluer la dangerosité d'un Jarood à l'aide du Sens du Danger
4D sous Volonté + Sixième Sens
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 28 Jan 2012 12:36

De légères trémulations parcoururent le pelage et la crinière de Virik Kiikti, ses vibrisses frémirent, son appendice nasal se plissa...

... Et rien. Quoi que ce soit, le Jarood n'était pas dangereux.

D'autant plus que Monsieur Antillès se dirigeait vers un autre humain confortablement assis dans un gravisiège, un large sourire sur le visage, et que jusque-là le navyborg ne lui avait pas paru souffrir de tendances suicidaires.
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Khrys le Sam 28 Jan 2012 19:00

Sémirande a écrit:"Khrys, Khrys..." l'interpella-t-elle tout de go "Pouvez-vous me fair établir des devis pour cet outil, version civile ; j'ai bien dit civile ? Vous seriez un chou !"


Sérieusement ? Bon, ça ne voûte rien de demander un devis... je vais voir ce que je peux faire

Khrys s'approcha de la devanture et héla un logimec d’accueil.
Hé? Tu voudrais bien me donner un prix pour la version désarmé de ce formec, la demoiselle à coté de moi a un coup de foudre... et puis, pour le financement, faudra pas trop exagérer, hein? Je suis moi-même marchand et je doute que vous soyez la seule boutique dans le coin.
Tout à un prix, même les hommes ont le leur.
Avatar de l’utilisateur
Khrys
 
Messages: 4166
Inscription: Mer 23 Jan 2008 22:37

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 28 Jan 2012 21:07

Khrys a écrit:Khrys s'approcha de la devanture et héla un logimec d’accueil.

// Euuuuuh... Quelle devanture ? Moi je pensais que Sémirande montrait à Khrys ce qu'elle voulait pour qu'il s'en occupe lorsqu'ils seront à Vonda ou lors du passage du marchand sur Tréfolia ? J'ai mal compris ?
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Sémirande le Sam 28 Jan 2012 22:24

Khrys a écrit:Khrys s'approcha de la devanture et héla un logimec d’accueil.
|(
:worried:
:(
[Consternée]
Sémirande se promit bien de ne plus rien, mais rien, mais plus jamais demander du tout au roi de la gaffe commerciale.
//On était encore à la villa quand je t'ai demandé cela, Khrys !
[Soupir]
"Oh, laissez tomber : cela sera trop cher de toutes façons."

Voyant que Gurvan venait de rencontrer un ami, que cet ami allait prendre le même vaisseau qu'eux (une mocheté sans nom - pas l'ami, le vaisseau), qu'elle aurait le temps de faire sa connaissance à bord (pas du vaisseau, de l'ami), elle décida de se rendre à un kiosque à journaux.

...

Oui.

Je sais.

Un kiosque NT6

Eh bien oui, messieurs : un kiosque NT6.

Avec des rouleaux de parchemin, des livres papier, des feuilles de glace gravées et réfrigérées 1), des signes figés dans des plaques de sable par quelque procédé primitif et génial, des holos, un journal mural défilant...

C'est sur ce dernier qu'elle lut l'accroche suivante : Corsaires : quelques aigrefins identifiés.

[In Petto]
"Tiens..."

Sa curiosité piquée, elle versa la très modique somme qui ferait que les auteurs seraient payés, et se saisit d'une plaque holographique totalement immatérielle. C'était un objet sans en être un. C'était plutôt la matérialisation de la transaction qu'elle venait d'accomplir. Deux beaux ET insectoïdes comme elle n'en avait pas encore vu fit la même transaction derrière elle, sur le même titre qu'elle. Il aurait été plus simple d'en acheter un et de se le passer, se qui était techniquement très possible. Mais les Alliés ne faisaient pas ce genre de chose.
Il faut dire que le fait de gagner correctement sa vie incitait plus au civisme que de devoir compter sou par sou.
Sémirande commença sa lecture. C'était précis, concis, chiffré, argumenté. Elle se retrouva en Sens & Trip, avec les Kiras qui parlaient de ces aigrefins qui se disaient Corsaires. Eh bien trois vaisseaux évoluant entre les Agrippines, l'Empire, Tortuga et l'A12S avaient été identifiés comme tels. L'enquête, très poussée, avait été menée par une Détective alliée, un Pressyborg Cygnien et un Prêtre Impérial. "L'équipe interplanétaire" sourit-elle. Elle continua sa lecture en se dirigeant vers un point café, voletant toujours comme un ectoplasme. Toutes les magouilles de ces sinistres individus étaient exposées, leurs ficelles révélées, et même certains de leurs projets. Ceux-là n'avaient plus qu'à se faire très très discrets pendant un looooong moment.

Elle se commanda un petit noir, qu'elle porta à ses lèvres de l'un de ses bras provisoires en observant de sa vue améliorée les retrouvailles de Gurvan et de "Jaroooooood !"

1) pour avoir des nouvelles fraiches.
Sémirande
 

Re: Pendant que l'on fait les valises

Messagede Virik Kiikti le Dim 29 Jan 2012 16:54

Virik Laissa sa crinière revenir en position initial, apaisée.

Il suivit des yeux Gurvan qui se dirigeait vers cette connaissance sienne avant de retourner son attention en direction de Khrys que Sémirande avait laissé là après l’avoir admonesté.

Il inclina les oreilles avant de s’approcher de lui.

Monsieur Khrys, avez-vous déterminé une date avec vos associés pour convoquer une assemblée générale ? J’ai cru comprendre que certains membres de l’équipage souhaitaient entrer au capital, d’autres en sortir et que certains actionnaires serait bientôt absent et injoignables.
Avatar de l’utilisateur
Virik Kiikti
 
Messages: 760
Inscription: Mar 27 Déc 2011 20:55

Suivante

Retourner vers Prologue


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron