Pendant ce temps, à la section neuneuf

Où chacun vaque à ses occupations...

Pendant ce temps, à la section neuneuf

Messagede Sémirande le Dim 26 Fév 2012 19:51

[Flop !]
"Eh, vous ! Vous ne comptiez pas rentrer tranquillement chez vous comme cela non ?"
Or il était advenu que Sémirande était passée à l'armurerie chercher son étourach, dont elle voulait faire l'entretien elle-même. Le type se retrouva avec le canon de l'arme sous le nez, et vit clignoter la LED... non, ce n'était pas celle que les humains voyaient rouge. Ouf.

Après explication, il apparut que Sémi étant passée en mode "autistique" après la réunion, elle n'avait pas eu l'appel urgent que Donny Timmerlain, le patron du labo des prothèses, lui avait passé quand il était faire un saut dans ses ateliers après la même réunion.
Donny avait pris connaissance des résultats du test approfondi qu'Indoora avait fait passer à la cyborg plus tôt dans l'après-midi. Après avoir tenté en vain de la joindre, il avait dit au tekno-laborantin de garde quelque chose du style "Va m'la chercher celle-là. Qu'elle se barre surtout pas". Propos malheureux car l'autre n'avait pas réfléchi et les avait interprétés... de façon un peu littérale.

Sémirande voleta donc (c'était la dernière fois, mais elle ne le savait pas) vers le labo des prothèses, suivi de loin par le pauvre laborantin stagiaire qui n'en menait pas large.
"Alors ?" lança-t-elle en sortant du puits antigrav menant sur le podium circulaire surplombant une vaste salle, également circulaire. Timmerlain était très absorbé à surveiller le remplissage d'une cuve transparente située en contrebas. "Alors ? Tu tiens à garder tes terminaisons nerveuses je crois ?", répondit-il tout de même, et sur le même ton "Eh bien alors il faut faire vite. Il y a une aberration vibratoire au niveau de tes hanches. Oui, je sais ce que tu vas dire. Laisse le toubib du Valéris tranquille : il ne pouvait pas le déceler. Si tu attends encore, tes nerfs vont commencer à se nécroser au niveau des hanches jusqu'à la moelle épinière, et peut-être même au-delà. Tu en auras pour des dizaines et des dizaines de milliers de crédits à te les faire régénérer si tu attends encore. Ah, oui, une chose : ton corps actuel est fichu : il couterait trois fois son prix en réparation." Il y eut un bref silence. "Que dois-je faire ?" L'autre indiqua le bac, cinq mètres en contrebas, aligné avec ses semblables posés en cercles au fond de l'enceinte de confinement. C'était un gros cube empli d'un liquide grisâtre, épais, bouillonnant comme une soupe au vermicelle trop chaude. "A poil et plouf !" dit-il seulement. Sémirande savait se décider vite quand il le fallait. Elle ôta sa robe et posa son arme sur ses vêtements. Elle attrapa ensuite d'une main la poignée d'un logimec transbordeur, stoppa et ôta son harnais antigrav de l'autre, mais dut se faire aider par Donny Timmerlain pour enlever le justaucorps chair qui l'avait aidé à supporter ces fichues "bretelles à planer". Elle tenait fermement des deux mains les poignées du transbordeur, qui l'amena en grimpant à huit bons mètres au dessus de la cuve, qui du coup paraissait toute petite. "Mais qu'est-ce que tu fous ?" Toujours absorbé, Timmerlain lui lança : "Plus tu rentres vite, plus cela va bien. Lâche." Sémirande faillit en hoqueter. Elle s'apprêtait à lui lancer une pique bien acérée, quand la douleur au niveau de ses hanches se rappela à son bon souvenir. Du coup, ses doigts s'ouvrirent et elle commença à tomber, résistant à la tentation de brancher son petit antigrav intégré. Elle entra légèrement de travers dans le bassin. Cela ne fit pas "plouf", mais plutôt "slurp" comme le bain de nanomachines l'absorbait goulument. Elle descendit aux deux tiers de la profondeur et se stabilisa.
Elle repensa alors à ce qu'avait dit son co-époux (oui, on pouvait le qualifier ainsi) et dont elle n'avait pas complètement pris la mesure des conséquences : "...ton corps actuel est fichu..."
"Et merde..." fut sa dernière pensée comme l'anesthésique faisait son effet et que les nanomachines commençaient à détruire intégralement sa couteuse enveloppe mécanique.
Sémirande
 

Re: Pendant ce temps, à la section neuneuf

Messagede Sémirande le Lun 27 Fév 2012 14:43

[Potage potage]
La déconstruction de Sémirande dura sept heures. Les nanites grignotèrent ses membres, sa poitrine, sa tête en commençant par le visage. L'abdomen et la colonne furent gardés pour la fin, et ce malgré ou à cause des problèmes de microvibrations dont souffrait la cyborg. Les industrieuses micromachines se concentrèrent près de ces zones sensibles, puis un faisceau électromagnétique les activa. Ce fut comme une curée. On frola la réussite : seule une petite fraction des terminaisons nerveuses de Sémirande fut lésée au cours de l'opération.
Le plot vertébral était récupérable. Il fut soigneusement nettoyé, et sa minuscule connectique matérielle (car il y en avait une) remise à neuf.
En début de matinée, Timmerlain et Indoora avaient sous les yeux un cerveau, une moelle épinière et des réseaux de nerfs flottant dans un bain qui allait en s'éclaircissant. Sur un ordre mental de la jeune adulte, deux fils couleur argent mat sortirent d'une des parois et allèrent se connecter au plot vertébral de Sémirande. Timmerlain vérifia les communications et le monitoring selon des procédures longues et redondantes. Cela dura jusqu'au midi. Alors, alors seulement, il demanda à ce qu'on réveille leur co-épouse.
Ce ne fut pas, comme certains esprits malsains se seraient plus à l'imaginer, l'horrible éveil d'une malheureuse enfermée en elle-même, aveugle, sourde, privée du toucher, du gout et de l'odorat. Il y avait des siècles et des siècles que l'on avait fait de sacrés progrès dans ces domaines. Non, à l'instar de ce qui s'était produit à bord de feu le Méphisto, une Sémirande 3D se matérialisa près de la petite l'équipe assemblée là. C'était une très bonne projection, opaque, à peine un peu lumineuse (mais encore fallait-il avoir le nez dessus pour le remarquer).
  • "Tu vas bien ?" demanda Indoora.
La Sémi 3D sourit et répondit en se contemplant dans la cuve, masse de chairs nerveuses grisâtres, et répondit avec flegme :
  • "Déjà, je ne souffre plus. Vous me direz que c'est normal avec ce que vous avez flanqué dans cette mixture. Mais vous ne pouvez pas imaginer comme cela fait du bien d'arrêter d'avoir mal..."
  • "Sémirande..." commença doucement Timmerlain "...on avait pas prévu de changer ton corps. On a du travail pour le cahier des charges et..."
Mais la projection leva la main, en un signe d'excuse poli :
  • "Pas la peine, j'y avais réfléchi, au cas où. Peut-être qu'inconsciemment, je me doutais que ce serait nécessaire."
Un hologramme s'afficha au milieu des cinq êtres présents, qui regardèrent avec curiosité, chacun ayant en fait la projection bien "face à lui". Il ne leur fallut pas trois heures pour comprendre. Une femme affichant une quarantaine resplendissante dit posément
  • "Vous serez plus légère Sémirande. Vous retrouverez en fait votre masse d'avant votre cybernétisation, et je pense que c'est plus sain. De plus, je n'ai jamais aimé cette accumulation de batteries en vous. Cela aurait pu mal finir. Avec l'espace que nous allons gagner, tout sera plus facile. Et pour les petites améliorations... on sait toujours faire, n'est-ce pas ?"
Cette femme s'était tournée vers un petit homme chauve, très trapu, souriant, avec une peau noire bleutée. Un beau mâle...
  • "Bien sur que l'on sait faire" répondit-il en se grattant malicieusement l'arrière du cou avec les orteils du pied droit.
Tout le monde éclata de rire.
Sémirande prit congé, sa silhouette fantomatique se rendant à l'école où Sorbier demandait à cors et à cris pourquoi sa maman était déjà repartie.

Le groupe de teknos de haut niveau resta encore une demi-heure, afin de lancer les opérations demandées par leur co-épouse. Puis ils allèrent manger, parce que l'heure tournait et qu'un estomac vide... eh bien ce n'est pas bon pour travailler, ah mais !

Dans la cuve, d'autres nanites colorèrent le bain nutritif. Elles étaient dans les tons verts et bleux, parfois jaunes. Elles commencèrent leur danse autour des la curieuse forme humanoïde qui flottait en ondulant doucement. A peine vingt minutes plus tard le cerveau était déjà recouvert et on ne voyait plus une terminaison nerveuse dépasser.
Sémirande
 

Re: Pendant ce temps, à la section neuneuf

Messagede Sémirande le Mar 28 Fév 2012 14:31

Image

[enfin presque...]
Oui presque, parce que le corps que les nanites avaient recréé n'était pas une grande déesse blonde mais la version 4 d'une petite navyborg ; ronde sans être grosse, brune quand elle ne se teignait pas les cheveux de toutes les couleurs imaginables (c'est à dire presque jamais). Sémirande sortit de sa cuve sans incident. Ses premiers pas furent très hésitants, et elle tomba deux fois. Mais elle s'adapta très vite, et au bout d'une quinzaine d'heures elle put rentrer chez elle.

Cela dit, cette cybernisation avait pris deux fois plus de temps que la première, bien qu'utilisant des techniques beaucoup plus évoluées ; allez savoir pourquoi. Toujours est-il que deux jours après avoir plongé dans sa cuve, madame Chalmak regagna son connapt, retrouva sa fille et commença à s'installer pour son semestre.

Elle avait bien prévenu monsieur Antillès au début de son bain, mais son message avait été un brin laconique : "Je m'éclipse : ne t'inquiètes pas." Elle rectifia cette maladresse en l'appelant longuement dès qu'elle eut un moment de libre.
Sémirande
 


Retourner vers Prologue


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron