Ophius-Rauxel : Données astrographiques

...des sphères étoilées

Ophius-Rauxel : Données astrographiques

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 13 Juil 2013 01:03

Ophius-Rauxel
(RG 75812,32615,5247)

Rauxel :
  • Type M2VI (sous-naine rouge-orangée)
  • 0,35 rayons stellaires standards (243.421 kms)
  • Planètes : 1 (Ophius)

Ophius :
Type : Géante gazeuse
Taille :
  • diamètre équatorial 192.649 kms,
  • diamètre polaire 177.235 kms
  • aplatissement 0,08
Période de rotation : 18 heures
Gravité : 1,12 g
Atmosphère : Dihydrogène H2 94%, Hélium He 5%, Vapeur d'eau H2O 0,3%, Méthane CH4 0,1%, Ammoniac NH3 0,01%
Satellites :
- Un système d'anneaux s'étendant de 12.000 à 140.000 kms à l'équateur, avec une épaisseur allant de 50 à 500 mètres
- 362 astéroïdes et noyaux cométaires capturés
Appartenance politique : Alliance des Douze Soleils
Niveau technologique : NT3
Installations spatiales : Une station-relais orbitale de la Commission d'Expansion Coloniale (+/- 100 occupants)
Population estimée : 20 millions d'habitants (90% humains, 10% exotiques)

Histoire :

Alors que le Benny Hill terminait son voyage de dix-huit mois depuis Prima et commençait à explorer l'espace de la Bordure qui serait bientôt connu sous le nom d'Alliance des Douze Soleils, les partisans de Stella de Solaria qui avaient pris place à son bord n'étaient plus aussi unis qu'au moment du départ du Centre, qui s'était effectué dans l'exaltation du tour joué aux institutions impériales par leur illustre dirigeante. Certaines factions réunies par leurs croyances religieuses rigoristes s'accomodaient mal de la philosophie libertaire qui se dessinait pour l'utopie de Stella et décidèrent d'aller fonder leurs propres colonies dans les mondes de la Bordure.

Onze Classe V quittèrent le bord du Lehouine. Ils n'étaient plus que six lorsqu'ils se matérialisèrent dans le système de Rauxel après quatre ans d'errance dans les confins de l'Alliance. Péripéties du Triche-Lumière, rencontres avec des pirates, luttes armées entre factions opposées sur des détails de leurs dogmes communs, les raisons de la perte de la moitié de la flotille ne sont pas connues. Mais leurs navires ne pourraient pas aller plus loin.

Seulement, Rauxel n'avait qu'un compagnon planétaire, une géante gazeuse de type jovienne dotée d'un complexe système d'anneaux, qui fut baptisée Ophius. Aucun des satellites naturels en orbite autour de celle-ci ne dépassait la taille d'un patatoïde de quelques dizaines de kilomètres. Les nouveaux arrivants ne disposaient pas des équipements lourds ni du savoir-faire qui leur auraient permis de creuser un astéroïde et d'y générer une gravité artificielle. Leurs dogmes religieux leurs interdisaient de pratiquer sur leurs organismes les traitements biotechnologiques d'adaptation à la vie en microgravité qui avaient permis l'établissement de certaines arcologies orbitales prospères à l'époque héroïque de l'exploration interstellaire. Ils étaient donc théoriquement condamnés à l'étiolement et à la disparition. Mais ils envoyèrent des sondes explorer la haute atmosphère d'Ophius et y découvrirent un environnement grouillant d'une vie étrange, où ils pourraient s'établir.

Ils descendirent et se répandirent parmi les nuages d'Ophius. Mais les caractéristiques très particulières de cet écosystème, son absence de métaux lourds, ainsi que le poids des croyances que les colons avaient emporté avec eux, provoqua le même type de régression culturelle et technologique que celui qui s'était produit sur Marine.


Ecosystème :

Malgré son hostilité, plusieurs formes de vie se sont développées dans les hautes couches de l’atmosphère d'Ophius, là où la pression et la température le permettent (de 0,5 à 1,5 bars et entre 170K et 220K).

Au bas de la chaine alimentaire se trouvent les diaphes. Il s'agit d'aéroplancton, un organisme issu de la vase d'aérosols organiques brassés dans les profondeurs de l'atmosphère d'Ophius. Certaines ressemblent à de la bourre de coton au noyau de la taille d'un grain de riz, d'autres sont translucides, allongées et cillées, évoquant un calmar de la taille d'une main humaine. Elles évoluent en colonies comptant des centaines de millions, voire des milliards d'individus. Certaines variétés infectent les zeplins ou le verlichen des aérostats.

Les planêles sont des formes de vie aérozoaire au corps fusiforme et tétraptère. Leurs deux paires d'ailes symétriques font cinq à vingt mètres d'envergure et sont prolongées de lames cartilagineuses articulées évoquant des aérofreins. La longueur de l'aileron caudal détermine l'âge de la créature. Leur chair est impropre à la consommation humaine. Il en existe trois espèces principales qui sont toutes ovipares. La planêle-écope est une variété géante qui se nourrit de diaphes draguées à l'aide de voiles de peau qu'elle déploie sous ses ailes. Le Plongeur est une planêle carnassière aux ailes antérieures hypertrophiées attaquant les zeplins en piqué. Enfin, le Sabreur est une variété de planêle dotée d'ailerons en chitine tranchants, se déplaçant en meutes de dizaines voire de centaines d'individus et attaquant indifféremment zeplins et aérostats. Ce ne sont pas des carnassiers et ils ne percent l'épiderme des zeplins que pour y déposer leurs oeufs.

Enfin les zeplins sont des pseudo-cnidaires de dimensions gigantesques. Leur morphologie est celle d'une méduse qui peut atteindre cinq kilomètres de diamètre. Ils sont constitués de sacs de gaz à évents, surmontés d'un dôme carné et prolongés de fouets-paratonnerre de plusieurs kilomètres de long qui servent aussi à catalyser certaines réactions chimiques internes. Créature solitaire, le zeplin flotte dans les nuages d'Ophius à la recherche de bancs de diaphes dont il se nourrit. Sa chair est une gelée polymère non comestible mais dotée d'une grande faculté de régénération.

Aucune de ces formes de vie n’est intelligente.


Culture :

Les habitants d'Ophius vivent dans des cités-aérostats dirigeables. Il s'agit d'assemblages de ponts et de ballonnets d'hydrogène réchauffé par des brûleurs, qui peuvent mesurer jusqu'à un kilomètre de longueur. Ils sont protégés par une enveloppe souple de toile tendue, recouverte d'une couche végétale que les locaux appellent verlichen. On distingue plusieurs tailles de cités-dirigeables. D'abord les corvelles, de petits aérostats de 15 ponts maximum généralement dédiés à la collecte de cails ou à la chasse aux planêles. Ensuite les frègues, aérostats de 15 à 30 ponts, spécialisés dans la chasse aux planêles ou aux zeplins. Ce sont les plus nombreuses dans l'atmosphère d'Ophius. Enfin, les galliotes : ce sont des cités-dirigeables de très grande taille, jusqu'à 60 ponts, pouvant abriter jusqu'à deux mille occupants.

Il y a plusieurs milliers de cités-dirigeables, qui se déplacent quasiment toutes dans une formation nuageuse en forme de ruban située autour de l'équateur d'Ophius, la Bande Cardiale. La vie à bord, plutôt rude, est organisée selon un système de castes, dont les plus prestigieuses sont les Manoeuvriers chargés du pilotage des cités-dirigeables et de la navigation ; les Eoliens chargés de la manoeuvre et de l'entretien des systèmes d'équilibrage de pression ; les Cuviers spécialistes du traitement des matières premières dans les cuves à bactéries ; et surtout les Calfateurs, une des plus puissantes castes, qui a la charge d'entretenir l'enveloppe des aérostats et d'en assurer l'étanchéité.

Des conflits se produisent fréquemment entre cités-dirigeables. Une partie de la population reste cependant neutre dans ces conflits : ce sont les Pourvoyeurs, marchands qui servent d'intermédiaires et qui vendent du métal et des objets de haute technologie (récupérés dans les Classe V) contre des denrées périssables et de la toile. Il n'y a pas plus d'une centaine de cités-dirigeables de Pourvoyeurs. C'est presque exclusivement parmi eux qu'on trouve la population d'exotiques d'Ophius.

Dans tous les cultes ayant cours à bord des cités-dirigeables, on peut signaler la présence d'une légende commune : le Festland, un continent aérien mythique flottant sur les nuages.

Les Ophiusiens parlent une version surannée de l'univerlang, qui n'a pas évolué en raison de leur isolement pendant les quinze derniers siècles.
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Ophius-Rauxel : Lexique

Messagede Gurv Hemmedeji le Sam 13 Juil 2013 01:09

Antique : objet technologique acheté aux Pourvoyeurs (senseurs multispectraux, module-flotteur, médibloc, etc...)
Bactéries tisseuses : bactéries secrétant des fibres résineuses. Un tissu trempé dans un bain de bactéries tisseuses en ressort recouvert d'un film étanche et très élastique.
Bande-Fille : couloir parallèle à la Bande Cardiale. Certains aérostats suivent des zeplins dans les bandes-filles immédiatement adjacentes à la Bande Cardiale.
Barbe fongeuse : parasite qui prend racine dans le verlichen et qui développe des filaments de mycelium longs de plusieurs kilomètres.
Boucle de pression : zone superstable de vents tourbillonnants où se forment les cails et où se reproduisent les diaphes. Ce sont des pièges pour les cités-dirigeables.
Bouée-parachute : ballon à harnais individuel.
Broche à ressort : outil métallique qui une fois ferré sur l'aileron caudal d'une planêle, permet de l'immobiliser.
Cail : pierre de poussière d'anneau et d'astéroïdes ressemblant à de la pierre ponce, produite par accrétion dans une boucle de pression ou par germination autour d'une spore de diaphe. De la taille d'un gravier jusqu'à celle d'un logimec standard, il sert de lest.
Chivre blanc : légumineuse voisine du céleri-rave, de valeur nutritive comparable à la pomme de terre dont elle partage le goût. Les feuilles, de couleur rose, sont utilisées en infusion. Après traitement dans un bain de bactéries tisseuses, les tiges servent à fabriquer des cordages.
Communications : les cités-dirigeables communiquent entre elles par impulsions radar, radio, signaux lumineux ou drapeaux colorés. A l'intérieur d'un aérostat, les communications s'effectuent par téléphone, parfois à manivelle...
Fond : couche atmosphérique qui commence à 2500 lans. On y trouve des nuages de cristaux de glace d'eau et des nuages riches en macro-molécules organiques complexes.
Gellad : méthane gélifié servant de carburant aux propulseurs et aux brûleurs des aérostats.
Gralichen : lichen incrusté de nodules graisseux servant à la fabrication d'étoffes.
Grand-Fond : endroit mythique situé sous la couche de nuages, à des pressions énormes, près du noyau-liquide, où les zeplins se reproduiraient.
Harpon-seringue : harpon à main d'un mètre de long, possédant son propre système de lancement à impulsion EM. Il est utilisé par les plongeurs pour injecter une drogue paralysante dans le zeplin chassé.
Jestrims : nom que les Pourvoyeurs donnent aux couloirs nuageux parallèles d'Ophius.
Lan : unité de mesure de pression atmosphérique. Un bar vaut cent lans.
Module flotteur : antique permettant de contrer la gravité d'Ophius et de supporter un poids de mille tonnes.
Nacrel : lichen stratifié et vitrifié présentant un aspect moiré, traité dans les cuves à bactérie pour acquérir la souplesse et la dureté du bois. Imperméable à l'air, il est utilisé pour fabriquer des planches, des pièces de charpente ou des outils.
Noyau-liquide : masse d'hydrogène métallique fluide et super-dense qui constitue le centre d'Ophius. Dans la plupart des dogmes des cités-dirigeables, c'est le royaume des morts.
Oeil : vaste anticyclone elliptique de la première bande-fille australe, de dix mille kilomètres de grand axe, percé d'un trou central de centaines de kilomètres de profondeur.
Oignon-chivre : plante de culture, dont la tige traitée et tressée entre dans la composition de la toile d'enveloppe et dont le bulbe est comestible. Variété de chivre blanc.
Perle éclairante : sac de larves de diaphes lumineuses que l'on trouve enkystées dans la chair des zeplins et qui peut durer plus d'un an.
Plongeur : Par analogie avec la variété de planêle du même nom, harponneur de ballon de chasse qui se suspend à un filin sous la cité-dirigeable et attaque "en plongée".
Ronde : communauté de corvelles organisées en anneau de 4 à 5 kilomètres de diamètre, spécialisée dans la domestication de planêles et la récupération de cails.
Sextant Annulaire : outil de navigation servant à localiser une cité-dirigeable en mesurant l'arc formé par l'anneau d'Ophius au zénith, toujours visible de son atmosphère.
Soumane : vêtement traditionnel de toile constitué d'une tunique et de braies, porté par les deux sexes. Des broderies permettent de marquer l'appartenance à une caste.
Tazcail : ou "pluie de pierre". Grêle de concrétions rocheuses survenant lors de la résorption d'une boucle de pression. Les cails peuvent y être récupérés par des corvelles assemblées en Rondes.
Trifflet : sifflet à trois tuyaux. Le langage du trifflet est utilisé par les Manoeuvriers et la plupart des castes de maintenance d'une cité-dirigeable.
Vase : masse atmosphérique du Fond à taux élevé de composés organiques polymérisés en aérosol, particules solides qui servent de constituants de base aux diaphes.
Vents et nuages : le dialecte des cités-dirigeables comporte plus de cents mots pour désigner les masses atmosphériques en mouvement, et le jargon des Manoeuvriers plus du double.
Verlichen : végétal associant un champignon, une algue et une bactérie, dérivé d'une plante génétisée utilisée aux débuts de l'expansion interstellaire, le pnéophyte. Son thalle recouvre l'enveloppe externe des cités-dirigeables, formant un tissu biologique qui en assure l'étanchéité ainsi que le recyclage partiel de l'air. Stratifié, il forme le nacrel.
Vilgaz : toute substance gazeuse extraite de l'atmosphère d'Ophius : surtout hydrogène, hélium et vapeur d'eau, mais aussi hydrocarbures et hydrosulfures.
Zeplinier : aérostat spécialisé dans la chasse et le dépeçage des zeplins.
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers

Re: Ophius-Rauxel : Données astrographiques

Messagede Virik Kiikti le Sam 13 Juil 2013 10:28

Trés Sympa ! :up:

J'ai plein de questions mais ça attendra sur place ? ;)
Avatar de l’utilisateur
Virik Kiikti
 
Messages: 760
Inscription: Mar 27 Déc 2011 20:55

Re: Ophius-Rauxel : Données astrographiques

Messagede Axl Brison le Dim 14 Juil 2013 01:20

J'espère qu'on va participer à une chasse au Panèle
Avatar de l’utilisateur
Axl Brison
 
Messages: 238
Inscription: Mer 31 Oct 2012 11:05
Localisation: Nouvelle Caledonie

Re: Ophius-Rauxel : Données astrographiques

Messagede Khrys le Mar 30 Juil 2013 13:58

magnifique description ;)
Tout à un prix, même les hommes ont le leur.
Avatar de l’utilisateur
Khrys
 
Messages: 4166
Inscription: Mer 23 Jan 2008 22:37

Re: Ophius-Rauxel : Données astrographiques

Messagede Gurv Hemmedeji le Ven 2 Aoû 2013 16:38

Khrys a écrit:magnifique description ;)

Merci mais ce n'est pas de moi... :arrow: MP
"Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie."
(Troisième Loi de l'Architecte Clarke)
Avatar de l’utilisateur
Gurv Hemmedeji
 
Messages: 907
Inscription: Ven 28 Oct 2011 12:07
Localisation: Dans les limbes du Grand Univers


Retourner vers Par delà les confins...


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron